Grèce : quand des aveugles retrouvent la vue... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sur 152 inspections effectuées début juin auprès d'aveugles déclarés sur cette petite île de la mer Egée, 100 ont mis au jour des cas de faux aveugles et malvoyants
Sur 152 inspections effectuées début juin auprès d'aveugles déclarés sur cette petite île de la mer Egée, 100 ont mis au jour des cas de faux aveugles et malvoyants
©REUTERS/Yiorgos Karahalis

Comme par miracle

Grèce : quand des aveugles retrouvent la vue...

Près des deux tiers des bénéficiaires d'une allocation pour cécité sur l'île grecque de Kalymnos ont retrouvé la vue à l'occasion d'un contrôle des services sociaux.

L'histoire peut porter à sourire si elle n'était pas révélatrice de graves problèmes. En Grèce, les diverses fraudes coûtent une fortune à l'Etat alors même que celui-ci traverse une crise économique sans précédent. Par exemple, sur l'île de Kalymnos un certain nombre d'habitants se déclaraient aveugles afin de percevoir des aides. Mais les services de sécurité sociale ont tout de même décidé d'aller y mener une enquête. Il s'est alors avéré que près des deux tiers des bénéficiaires de cette allocation pour cécité ne devaient pas la recevoir car tout bonnement ils n'étaient pas aveugles !

Sur 152 inspections effectuées début juin auprès d'aveugles déclarés sur cette petite île de la mer Egée, 100 ont mis au jour des cas de faux aveugles et malvoyants, soit 65,7%, selon un communiqué de l'IKA, la sécurité sociale grecque. Au total, les fraudes aux assurances sociales sont estimées à 500 millions d'euros par an.

Plus au sud de Kalymnos, la grande île de Rhodes, passée au crible par l'IKA fin juin, s'en sort mieux avec un taux de faux aveugles de 7% (9 sur 125). Mais en Grèce, il n'y a pas que des faux aveugles. L'IKA a aussi recensé des centaines de faux déficients mentaux, handicapés ou retraités bénéficiaires d'allocations.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !