Grande barrière de corail : et si elle disparaissait d'ici 2022 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Grande barrière de corail est très menacée selon une étude scientifique.
La Grande barrière de corail est très menacée selon une étude scientifique.
©Reuters

Perdu de vue

Grande barrière de corail : et si elle disparaissait d'ici 2022 ?

Une étude révèle que la Grande barrière de corail en Australie a perdu plus de la moitié de ses prairies coralliennes au cours des 27 dernières années.

Un trésor mondial pourrait bien disparaître ces prochaines années. Une étude publiée ce mardi révèle en effet que la Grande barrière de corail en Australie a perdu plus de la moitié de ses prairies coralliennes au cours des 27 dernières années. En cause : les cyclones tropicaux qui sont responsables de 48% de la dégradation de la Grande barrière, mais aussi l'acanthaster pourpre, une étoile de mer parfois appelée " couronnes d'épines " qui a dévoré 42% des coraux. Les scientifiques de l'Australian Institute of Marine Science et de l'Université de Wollongong ajoutent que deux épisodes de blanchiment en 1998 et 2002 liés au réchauffement des océans ont également eu " un impact néfaste important ".

Si Hugh Sweatman, co-auteur de l'étude estime que le corail pourrait se reconstituer, cela " prend entre 10 et 20 ans ".Or selon lui, " actuellement, les intervalle de temps entre les nuisances sont en général trop courts pour une reconstitution complète et c'est ce qui entraîne les pertes à long terme ". D'après l'étude, le récif pourrait donc continuer à se détériorer dans les mêmes proportions d'ici une dizaine d'années. D'autres espèces pourraient par ailleurs être également en danger puisqu'avec la disparition de la Grande barrière de corail, elles perdraient leur habitat.

Lu sur Sciences et Avenir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !