Google Doodle célèbre les 40 ans du Rubik's cube | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le rubik's cube
Le rubik's cube
©Flickr / Robin Iversen Rönnlund

Joyeux anniversaire!!

Google Doodle célèbre les 40 ans du Rubik's cube

En 1974, Ernő Rubik, sculpteur et professeur d'architecture hongrois, mettait au point son casse-tête diabolique.

Le Rubik’s Cube a 40 ans. A cette occasion, Google a créé un Doodle à l’effigie du cube qui permet à chacun de jouer en ligne.

En 1974, Ernő Rubik, sculpteur et professeur d'architecture hongrois, met en point un casse-tête géométrique à trois dimensions composé de 26 petits cubes. A première vue, ces derniers semblent pouvoir se déplacer sur toutes les faces, libres de toute attache sans tomber pour autant. Et pour cause : au centre du cube se cache un système d'axes dont le mécanisme a été breveté par son auteur.

Au début des années 1980, la cote de popularité mondiale du jeu explose. Plus de 100 millions d’exemplaires sont vendus en moins de deux ans. Le cube infernal obsède autant les adultes que leurs enfants. De la métholde du "couche-par-couche" à celle du "sandwich", de nombreuses astuces se popularisent pour venir à bout du casse-tête. En 1981, un écolier de douze ans, Patrick Bossert, publie You can do the Cube, qui se vend à plus de 1,5 million d'exemplaires. Un an plus tard, un Championnat du monde de Rubik's Cube est créé en Hongrie. Tous les candidats partent avec la même position de cube. Aujourd'hui, le plus rapide est Mats Valk, un Néerlandais. Il a réussi à terminer son Rubik's Cube en 5"55 secondes. 

Le nombre de positions différentes est supérieur à 43 trillions. Ainsi donc, en passant en revue un milliard de combinaisons différentes par seconde, il faudrait plus de 1 200 ans pour toutes les essayer. Epuisant !  

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !