Google Doodle : l'équipe qui se cache derrière les illustrations du moteur de recherche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Google Doodle : l'équipe qui se cache derrière les illustrations du moteur de recherche
©

Usine à dessins

Google Doodle : l'équipe qui se cache derrière les illustrations du moteur de recherche

Ce mardi, Google rend hommage à Charles Perrault. Des dessins prévus depuis plusieurs mois, comme l'explique son illustratrice au Huffington Post.

Ce mardi, Google était habillé façon contes de fées. En France, Royaume-Uni, Chine… la page d'accueil du plus célèbre des moteurs de recherche arborait son fameux doodle, c’est-à-dire son illustration spécifique pour fêter un anniversaire. Et ce 12 janvier, ce sont les 388 ans de la naissance de Charles Perrault, l'écrivain qui a mis sur papier les contes populaires européens. Pas vraiment une date ronde, mais ce n'est pas cela qui intéresse le géant américain, comme l'explique l'illustratrice qui s'est occupée du dessin. "Parfois on se rend aussi compte que si on attend quelques années pour tomber sur un nombre rond, le doodle sera en ligne un dimanche et peu de gens auront l’occasion de voir le doodle" affirme Sophie Diao au Huffington Post. "Voilà pourquoi nous nous moquons de savoir si le nombre est rond.”

C'est elle qui s'est occupée du petit jeu lors du dernier Halloween et elle n'a pas hésité longtemps avant de s'attaquer à Charles Perrrault. "J'ai toujours été une grande fan des contes de fées et je voulais à tout prix travailler sur ce projet" affirme la jeune femme. "J’ai commencé par faire des recherches sur sa vie et son œuvre, à relire ses contes. Puis j’ai travaillé avec la responsable locale des doodles en France pour obtenir plus de documentation et d’informations. Elle m’a aussi aidée à traduire des contenus.”

Les responsables locaux, dans la plupart des pays, sont là pour aiguiller les illustrateurs et éviter des bévues, en prenant en compte les sensibilités de chaque pays. “Pour nos doodles sur la fête des mères ou des pères par exemple" souligne-t-elle. "Le sujet est universel mais on peut changer légèrement le dessin pour qu’il corresponde mieux encore aux utilisateurs dans une partie du monde.” Il faut souvent plusieurs mois de travail avant la publication.

Lu sur Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !