Glee, un phénomène américain à l'assaut de la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Chris Colfer et Darren Criss, les deux amoureux de Glee qui choquent l'Amérique conservatrice.
Chris Colfer et Darren Criss, les deux amoureux de Glee qui choquent l'Amérique conservatrice.
©

Let's dance

Glee, un phénomène américain à l'assaut de la France

La saison 1 de la série américaine ultra-kitsch sort en DVD en France. Méconnue chez nous, elle ne laisse personne indifférent aux Etats-Unis.

Glee a été presque privée de chaînes hertziennes en France. Ses trois premiers épisodes ont été diffusés après 23h sur M6 à la fin mars, avant d'atterrir sur sa petite soeur W9. Le succès est au rendez-vous à l'échelle de la TNT, avec environ 3,5 % de parts de marché, mais cette faible exposition condamne Glee à un certain anonymat en France. Aux Etats-Unis, elle est pourtant devenue un phénomène de société.

Tous les tabous américains

A priori, le "pitch" de la série n'a rien de très original : une bande de lycéens motivés par un professeur énergique acceptent de s'inscrire à la chorale de l'établissement, le "Glee club". Au programme : intrigues sentimentales, numéros musicaux, chorégraphies. Rien de bien original ? Et si. Le casting de la troupe ressemble délicieusement à une publicité Benetton inversée, avec une accumulation de "tares" pas très American dream : obésité, homosexualité plus ou moins refoulée, grossesses adolescentes, handicap et/ou exclusion sociale chronique. Ce n'est pas étonnant, quand on sait que le créateur de la série n'est autre que Ryan Murphy, père de la déjà très déjantée Nip/Tuck.

Les adultes qui encadrent la petite bande d'outsiders ne sont pas mieux lotis ; le professeur Will Schuester a tout d'un adolescent attardé qui n'aurait pas fait le deuil de l'époque où il était l'un des élèves les plus populaires du lycée. Sa confidente est une vierge de trente ans, psychorigide et effrayée par les microbes. Quant à son ennemie jurée, la coach des pom pom girls jouée par l'inénarrable Jane Lynch, elle terrorise le lycée avec une cruauté et un cynisme déjà légendaires.

Cette attaque malicieuse contre tous les tabous américains est enrobée par des reprises de succès pop. Madonna et  Britney Spears ont eu des épisodes spécialement consacrés à leur oeuvre. La dernière reprise en date est celle de l'hymne à la tolérance de Lady Gaga, Born This Way :

La blogosphère US en perd la tête

Glee rend la blogosphère folle, et les spéculations les plus échevelées s'affrontent pour tenter de prévoir quel tube sera repris dans les prochains épisodes. Il y a quelques semaines, des rumeurs affirmaient par exemple que le catastrophique Friday de Rebecca Black serait bientôt repris.

La série est aussi très commentée en tant que phénomène de société. Le comédien Chris Colfer est devenu une icône de la communauté gay pour son rôle de Kurt, un jeune homosexuel persécuté dans son lycée. La scène où il embrasse à pleine bouche son petit copain a fait polémique aux Etats-Unis. La comédienne Victoria Jackson l'a jugée"dégoûtante". De même, la romance lesbienne entre deux pom pom girls n'est pas passée inaperçue. 

Glee fait enrager les conservateurs américains, dont la position est assez bien résumée par le critique Dan Gainor : "Glee est clairement la vision que Ryan Murphy a de ce que devrait être la jeunesse, mais ce n'est pas celle de la plus grande partie de l'Amérique. C'est un lycée dans lequel la plupart des parents ne voudraient pas inscrire leurs enfants."

Même l'auteur Bret Easton Ellis, pourtant bisexuel lui-même, a choqué les fans de la série en l'attaquant au napalm sur Twitter : "J'aime bien Glee, mais pourquoi est-ce que j'ai l'impression de marcher dans une flaque de VIH à chaque fois que je regarde un épisode ?"

Imperturbable, la troupe de Glee accumule les honneurs, avec notamment des Golden Globes de meilleurs seconds rôles pour Jane Lynch et Chris Colfer, et ce n'est pas tout. En tournage à New York cette semaine pour les deux derniers épisodes de la deuxième saison, ils ont été reçus en personne par le maire de la ville, Michael Bloomberg

A part quelques fans français qui ont suivi sur Internet les deux premières saisons de Glee, la série est pour l'instant passée plutôt inaperçue en France. Sa sortie en DVD en fera peut-être davantage qu'un phénomène américano-américain. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !