Giuseppe de "Qui veut épouser mon fils" incarcéré pour violences conjugales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Giuseppe de "Qui veut épouser mon fils" incarcéré pour violences conjugales
©Capture NRJ12

Téléréalité

Giuseppe de "Qui veut épouser mon fils" incarcéré pour violences conjugales

Le candidat de l'émission de TF1 a été placé en détention provisoire suite des plaintes de deux femmes, révélait ce lundi "Nice Matin".

Sous le coup de deux plaintes, Giuseppe Polimeno, 45 ans, de l'émission Qui veut épouser mon fils ? sur TF1 a été écroué de manière provisoire à la prison de Grasse (Alpes-Maritimes) le 4 juillet, révèle Nice Matin.

L'ancien vendeur de voiture avait accédé à une certaine célébrité en 2010, lors de sa participation à la première saison du programme de TF1.

En avril dernier, il aurait commis des violences conjugales sur une femme, ce qui lui a valu un premier dépôt de plainte de la victime. M. Polimeno a également fait l'objet d'une autre plainte, pour "harcèlement, appels téléphoniques malveillants et menaces de mort" de la part d'une autre femme.

Le parquet a requis une expertise psychologique du prévenu, assortie d'une détention provisoire "pour éviter tout risque de pression sur les victimes", avant son jugement prévu au mois d'août.

Ce n'est pas la première fois que le candidat de téléréalité a été inquiété pour des motifs similaires : en 2014, le tribunal de Versailles l'avait condamné à trois mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de cinq ans et 6.600 euros de dommages et intérêts à verser à conjointe, qu'il était accusé d'avoir frappée.

En 2000, le bellâtre italien avait déjà écopé de trois mois d'emprisonnement avec sursis, au motif d'actes de violence, de harcèlement et de viol. Jamais deux sans trois, dit-on.

Lu sur Nice Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !