Jamais sans mon radar | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jamais sans mon radar
©

Les fous du volant

Jamais sans mon radar

Selon un sondage dévoilé par l'institut GfK Custom Research, les automobilistes Français rejettent massivement les mesures gouvernementales visant l'interdiction des avertisseurs de radars ainsi que la suppression des panneaux indiquant leurs présences.

[Mis à jour mercredi 18 mai]

Le ministre de l'intérieur, Claude Guéant, a fait passer le message aux parlementaires, ce mercredi 18 mai, lors d'une réunion avec des députés UMP. Il n'est pas question pour l'exécutif de renoncer à supprimer les panneaux prévenant de la présence de radars fixes.

[Mardi 17 mai]

Les automobilistes Français ont manifestement la tête dure. Suite à l’annonce faite par le gouvernement concernant la suppression des panneaux indiquant la présence de radars fixes et l’interdiction des avertisseurs de radars, l’institut de sondage GfK Custom Research fait le point sur l’opinion des Français. Les résultats présentés sont édifiants. Pour 79 % des Français, la suppression desdits panneaux ne va pas améliorer la sécurité sur les routes. Quant au 90 % des conducteurs équipés d’avertisseurs de radars, ils n’envisagent pas d’appliquer la loi qui les rend illégaux.

Selon Alexis Helcmanocki, directeur du Pôle Automobile, Services, Business & Technologies chez GfK Custom Research ce « sondage démontre de manière factuelle que les Français doutent fortement du bien-fondé de ces décisions. » Selon son analyse, Alexis Helcmanocki, estime qu’une majorité d’automobilistes craindrait même « que ce ne soit un moyen pour l’État de s’enrichir via les amendes ».

Étude par sondage on-line réalisée par GfK Custom Research du 14 au 15 mai 2011, auprès de 1000 Français représentatifs de 18 ans et plus.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !