Facebook accusé d'aider les annonceurs à cibler les jeunes émotionnellement en difficulté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Facebook accusé d'aider les annonceurs à cibler les jeunes émotionnellement en difficulté
©Reuters

Algorithme

Facebook accusé d'aider les annonceurs à cibler les jeunes émotionnellement en difficulté

À travers un algorithme, Facebook est soupçonné d'avoir aidé les annonceurs à cibler plus de 6.4 millions de lycéens australiens et néo-zélandais émotionnellement en difficulté.

Facebook aurait abusé des données personnelles de ses utilisateurs. C'est le quotidien australien "The Australian" qui l'affirme en révélant lundi premier mai un document interne. La firme est accusée d'avoir expliqué à au moins un annonceur comment cibler au mieux les jeunes émotionnellement sensibles d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

Dans le document rédigé en 2017, deux hauts responsables de la filiale locale de Facebook décrit l'utilisation d'un algorithme d'analyse de publications, photos et réactions sur une base de 6.4 millions de lycéens de 14 ans et plus qui permettrait de savoir à quel moment ces jeunes sont "stressés", "anxieux", "nerveux", ou encore se sentent "idiot" ou "inutile". Une aubaine pour les annonceurs qui peuvent placer alors le plus judicieusement leur produit pour être sûr de faire mouche. Ces informations sont normalement confidentielles et les révélations sont réfutées par le réseau social.

Une enquête aurait été ouverte en interne, affirme l'entreprise au quotidien The Australian pour "comprendre comment une telle erreur avait pu avoir lieu et augmenter (notre) attention à l’avenir". La firme a, par ailleurs, affirmé à Mashable que "Facebook ne propose pas d'outils pour cibler les utilisateurs en fonction de leur état émotionnel" sans nier l'existence d'un algorithme qui permet de repérer les jeunes émotionnellement instables.

Cette polémique n'est pas une première pour le réseau social, en 2009, la firme avait dû s'expliquer sur un algorithme qui permettait de cibles les utilisateurs en fonction de leur orientation sexuelle.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !