Facebook : les utilisateurs pourront décider ce qu'il adviendra de leur compte après leur mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le réseau social propose à ses utilisateurs de désigner un "héritier" de leur compte, après leur mort.
Le réseau social propose à ses utilisateurs de désigner un "héritier" de leur compte, après leur mort.
©Reuters

Au-delà

Facebook : les utilisateurs pourront décider ce qu'il adviendra de leur compte après leur mort

Cette nouvelle option doit permettre à un proche de la personne disparue de prendre en charge son compte Facebook, pour le fermer, en faire un profil "commémoratif" ou continuer à l'animer.

Que deviendra notre compte Facebook une fois que nous serons mort ? Voilà une question à laquelle les utilisateurs du réseau social pourront désormais répondre, grâce à une nouvelle fonctionnalité de Facebook, dévoilée jeudi 12 février, permettant de désigner un "héritier".

Aujourd'hui, à la mort d'une personne, ses proches peuvent demander, certificat de décès à l'appui, que le profil devienne "commémoratif" : les fonctionnalités sont restreintes, afin que les amis puissent laisser des messages à la mémoire du défunt.

Désormais, chaque utilisateur pourra, de son vivant, désigner un "légataire", qui prendra la main sur son compte Facebook à son décès. Cet héritier pourra ainsi changer les photos de profil, accepter de nouveaux amis ou bien poster des messages, pour donner des précisions sur l'organisation des funérailles, par exemple.

Bien entendu, il sera possible de changer d'héritier à tout moment, sans que la personne en question en soit informée... Ce nouveau service n'est pour le moment disponible qu'aux Etats-Unis, et sera ensuite ouvert dans les pays où Facebook est présent... en s'adaptant aux cultures de chaque pays en ce qui concerne la mort.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !