Etats-Unis: Eatsa, le premier restaurant garanti sans personnel humain, a ouvert ses portes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Etats-Unis: Eatsa, le premier restaurant garanti sans personnel humain, a ouvert ses portes
©Capture d'écran Youtube

Au moins, pas besoin de pourboires

Etats-Unis: Eatsa, le premier restaurant garanti sans personnel humain, a ouvert ses portes

Cet établissement de San Francisco est spécialisé dans les salades à base de quinoa. Il ne comporte ni serveurs, ni caissiers.

Vous n'aimez pas faire la cuisine, mais vous avez également horreur des relations humaines? Pas de panique, Eatsa a la solution à vos problèmes! Eatsa, c'est quoi? Tout simplement le premier restaurant entièrement robotisé au monde.

Né à San Fransisco la semaine dernière, le concept est limpide : dans un décor de science-fiction, votre commande se fait via un iPad à disposition du client. Aucun serveur n'est présent. Lorsque votre plat est prêt, il apparaît dans un cube numéroté. Le tout garanti "sans file d'attente, sans caissier et sans absurdités" selon la page d'accueil du site.

On apprécie ou non le concept, mais force est de constater que l'effet de mode fonctionne à plein régime. Les files de clients s'allongent de jour en jour en Californie.

Il faudra cependant être un véritable amateur de quinoa pour se rendre dans ce "restaurant du futur", cette céréale étant l'aliment de base de l'établissement. Pas très varié, certes, mais vous pouvez agrémenter votre plat avec des produits sains (roquette, maïs, guacamole, feta, pois chiche) à des prix particulièrement raisonnables (6,95 dollars, soit un peu plus de 6€). Les salades composées seraient ainsi pauvre en graisse, mais riche en protéines.

Alors, tentés?

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !