Etats-Unis : une femme accouche de jumelles de pères différents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Cette étonnante découverte a été révélée grâce à une demande de pension faite par la mère des jumelles à leur père présumé.
Cette étonnante découverte a été révélée grâce à une demande de pension faite par la mère des jumelles à leur père présumé.
©Capture d'écran

Rarissime

Etats-Unis : une femme accouche de jumelles de pères différents

Ce cas rarissime est une superfécondation, qui survient quand au moins deux ovules sont fécondées par des spermes différents.

Selon les résultats des tests ADN, deux jumelle nées aux Etats-Unis en janvier 2013 proviennent de deux pères différents, affirme le New York Times. Cette étonnante découverte a été révélée grâce à une demande de pension faite par la mère des jumelles à leur père présumé. Afin de prouver la paternité de cet homme, deux tests ADN ont été demandés. A la surprise générale, ces tests ont révélé que l'homme n'avait conçu qu'un seul enfant.

Ce cas rarissime est une superfécondation, qui survient quand au moins deux ovules sont fécondées par des spermes différents : "Un spermatozoïde peut rester viable jusqu'à cinq jours. Si la mère a eu une relation sexuelle avec un premier homme, avant d'ovuler puis d'avoir une relation avec un autre homme, le tout en moins d'une semaine, alors le sperme du premier homme peut avoir fécondé un ovule, et celui du second, un autre ovule", explique le Dr Jennifer Wu, au New York Times. 

La mère des jumelles a reconnu avoir eu des relations avec un autre homme peut de temps après le rapport sexuel qui avait provoqué sa grossesse. Le jugé a donc décidé que la mère ne pourra percevoir que la moitié de la pension demandée. 

Lu sur FranceTvInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !