Etats-Unis : 30% des républicains pensent qu'il faut bombarder Agrabah, la ville fictive du film Aladdin de Disney | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Ce n'est pas la première fois que Public Policy Polling piège les sondés.
Ce n'est pas la première fois que Public Policy Polling piège les sondés.
©

Génie !

Etats-Unis : 30% des républicains pensent qu'il faut bombarder Agrabah, la ville fictive du film Aladdin de Disney

L'institut de sondage Public Policy Polling a interrogé un échantillon de 352 électeurs républicains.

Lors d'une enquête qui concernait 352 votants à la primaire républicaine, l'institut de sondage Public Policy Polling (PPP) a demandé aux personnes interrogées de répondre à une série de questions. Certaines concernaient la façon dont les sondés percevaient les politiques, d'autres concernaient la personnalité des candidats en tant que telle, d'autres encore concernaient le lancement d'une opération militaire contre une ville appelée Agrabah.

Pourtant Agrabah n'est pas le siège de l'Etat islamique (Raqqa), ni le lieu d'une bataille décisive entre l'armée syrienne et les djihadistes (Alep), ni une station balnéaire en Jordanie (Aqaba). Non, Agrabah n'est autre que la ville imaginaire qui accueille les aventures d'Aladdin dans le dessin animée éponyme réalisé par les studios Disney. Agrabah n'existe donc pas dans la réalité. Et pourtant, 30% des républicains estiment qu'il faudrait la bombarder !

Ce n'est pas la première fois que l'institut de sondage PPP pose des questions de ce type. En 2011, il avait déjà demandé à des personnes ce qu'ils pensaient de la performance de Dieu ou, encore, s'ils seraient prêts à soutenir Charlie Sheen dans l'hypothèse où il se présenterait à l'élection présidentielle.

Lu sur Fusion.net

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !