Et la région la plus chère de France pour prendre l'apéro est… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
C'est en Corse que l'apéro coûte le plus cher
C'est en Corse que l'apéro coûte le plus cher
©Reuters

Marcel, tu tires ou tu pointes

Et la région la plus chère de France pour prendre l'apéro est…

Selon une étude comparative des régions de France, c'est en Corse que les produits incontournables de l'apéro sont les plus chers.

L'apéro est presque un "rituel" pour les Français. Qu'il soit pris sur un balcon, en terrasse ou en intérieur, l'apéritif est particulièrement apprécié en cette période estivale de l'année. Mais à quel prix ? Le site MonsieurDrive, premier comparateur des supermarchés, a souhaité se pencher sur la question, en comparant le prix de l'apéritif selon les régions.

En constituant un panier type à base de saucisson, chips, olives, cacahuètes, fromage, gâteaux apéros, tzaziki, jus de tomate, vin rosé et pastis, le site a pu comparer un prix moyen dans toute la France. Résultat : pour 6 personnes, un apéro classique coûte en moyenne 31,70 euros. C'est 1,30 euros de moins qu'en 2013.

Le prix de ce panier est plus cher en Corse qu'ailleurs (en rouge sur la carte ci-dessous) : il atteint les 33 euros en moyenne. Après l'ile de Beauté, le Nord-Pas-de-Calais et la région PACA font partie des régions les plus chères, à plus de 32 euros. En bas du classement (régions en vert sur la carte), on trouve les Pays de la Loire et la Bretagne comme les régions les moins chères pour prendre l'apéro, puisqu'on paye en moyenne 30,80 euros. Dans les autres régions (couleurs plus claires), l'apéro oscille entre 31 et 32 euros. Selon une étude Ifop, 47% des Français prennent l'apéritif au moins une fois par semaine. 

Lu sur francetvinfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !