Enrico Macias condamné à payer 30 millions d'euros à la filiale luxembourgeoise d'une banque islandaise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Enrico Macias condamné à payer 30 millions d'euros à la filiale luxembourgeoise d'une banque islandaise
©Reuters

Ardoise

Enrico Macias condamné à payer 30 millions d'euros à la filiale luxembourgeoise d'une banque islandaise

La banque lui avait accordé en 2007 un prêt d'un montant de 35 millions d'euros.

La note est salée. Enrico Macias a été condamné à payer 30 millions d'euros à la filiale luxembourgeoise de la banque islandaise Landsbanki, qui est actuellement en liquidation. Elle lui avait accordé en 2007 un prêt d'un montant de 35 millions d'euros. Les juges luxembourgeois ont également validé une saisie-arrêt sur les contrats d'assurance-vie de l'artiste auprès de la compagnie Lex Life & Pension afin de s'assurer du recouvrement de la somme à la liquidatrice de la banque.

En juillet 2007, Enrico Macias et son épouse avaient contracté un prêt auprès de Landsbanki, garanti par deux biens immobiliers, dont la villa du chanteur à Saint-Tropez. Il s'agissait d'un prêt de type "Equity release" consistant à mettre en garantie un ou des biens immobiliers pour obtenir des liquidités utilisables librement. L'emprunteur ne reçoit qu'un certain pourcentage de la somme totale empruntée et est obligé d'investir le différentiel dans des supports spéculatifs. En l'occurrence des contrats d'assurance-vie dans le cas des prêts consentis par Landsbanki.

En 2008, la banque islandaise fut déclarée en cessation de paiement puis en liquidation et la valeur du portefeuille d'assurance-vie s'écroula. La liquidatrice réclama en 2009 le remboursement intégral du prêt. Ce à quoi le chanteur français était tout à fait opposé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !