Egypte : accusée d'espionnage, une cigogne est emprisonnée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Egypte : accusée d'espionnage, une cigogne est emprisonnée
©Reuters

Maman, comment on fait les espions ?

Egypte : accusée d'espionnage, une cigogne est emprisonnée

L'animal a été capturé par un homme qui se méfiait du dispositif électronique que l'animal transportait sur lui.

Les révélations d'Edward Snowden en ont visiblement (mal) inspiré plus d'un. Les autorités du gouvernorat de Qena, à 450 kilomètres du Caire, dans le sud de l'Egypte, ont emprisonné ce week-end une cigogne. L'animal était en effet soupçonné d'espionnage. En cause, le dispositif électronique que l'animal transportait sur son dos.

Perturbé par ce boîtier, un homme a capturé la cigogne avant de la remettre aux autorités. Un acte de bravoure qui n'a malheureusement pas permis de mettre à jour une tentative d'espionnage. Selon un vétérinaire contacté par les policiers, ledit boîtier n'était qu'une balise utilisée par des scientifiques français pour suivre les déplacements de ces oiseaux migrateurs. Le trajet suivi par cet animal risque donc d'être parfaitement identifiable, l'oiseau étant toujours bloqué en cage. Il se trouverait actuellement dans l'attente d'une décision de libération du procureur.

A peine gêné par le ridicule de la situation, Mohammed Kamal, le chef de la sécurité dans la région, a expliqué dans le quotidien gouvernemental Al-Ahram, que l'incident avait montré le patriotisme de l'homme qui avait capturé la cigogne. Depuis le coup d'Etat qui a renversé le président Morsi, les autorités égyptiennes semblent sombrer lentement dans la paranoïa la plus totale. Un garde de sécurité avait notamment écrit un rapport après avoir capturé un pigeon qui transportait selon lui un microfilm. Une rumeur précédente attribuait en 2010 une série d’attaques de requins le long de la côte méditerranéenne à un complot israélien.

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !