EGS-zs8-1 serait la nouvelle doyenne des galaxies et sa lumière a mis 13,1 milliards d'années à parvenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Grâce à Hubble, les scientifiques peuvent comprendre ce qui s'est passé il y a des milliards d'années
Grâce à Hubble, les scientifiques peuvent comprendre ce qui s'est passé il y a des milliards d'années
©NASA

Fort fort loin

EGS-zs8-1 serait la nouvelle doyenne des galaxies et sa lumière a mis 13,1 milliards d'années à parvenir

L'intérêt majeur de cette découverte est surtout de comprendre l'époque pendant laquelle elle brillait, une période de changements importants dans la composition de l'univers lui-même.

Des scientifiques viennent de faire une découverte remarquable : une galaxie dont le nom étrange est EGS-zs8-1. Et celle-ci fait l'objet d'une étude qui vient d'être publiée dans le journal Astrophysical Journal Letters.  Sa particularité ? C'est une galaxie très, très lointaine dont la lumière bleutée, détectée par le télescope spatial Hubble, a mis plus de 13,1 milliards d'années à parvenir sur Terre.

On la voit donc telle qu'elle était à cette époque très reculée, 670 millions d'années seulement après le Big Bang. Cela en fait la plus ancienne galaxie jamais identifiée à ce jour. Elle détrône z8-GND-5296, confirmée en 2013, de son titre de doyenne de l'univers pour 30 millions d'années tout de même.En comparaison le Soleil est lui-même âgé d'environ 4,6 milliards d'années !

Pour Pieter Van Dokkum, de l'université de Yale, également co-auteur de l'article, l'observation de EGS-zs8-1 amène "une nouvelle pièce au puzzle que représente la formation des premières générations de galaxies dans l'univers jeune". L'intérêt majeur de cette découverte est surtout de comprendre l'époque pendant laquelle elle brillait, une période de changements importants dans la composition de l'univers lui-même. 

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !