Echec de l'invasion de la zone 51 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Echec de l'invasion de la zone 51
©Bridget BENNETT / AFP

"La vérité est ailleurs"

Echec de l'invasion de la zone 51

Suite à un appel sur les réseaux sociaux, deux millions de personnes devaient envahir la "zone 51" aux Etats-Unis. Cette opération n'a finalement pas mobilisé beaucoup d'internautes.

Un appel avait été lancé sur Facebook afin de prendre d'assaut la Zone 51, une base militaire américaine. De nombreux internautes soupçonnent ce site d'abriter des activités en lien avec des extraterrestres. 

Plus de 2 millions de personnes prévoyaient de se rendre sur cette base militaire située dans le désert du Nevada, à l'ouest des Etats-Unis. Déterminés à pénétrer dans la zone formellement interdite au public, nombreux étaient ceux à avoir confirmé leur présence, afin de "révéler" la vérité à l'Amérique. Seulement quelques centaines de personnes ont finalement fait le déplacement, ce vendredi 20 septembre.

La zone 51 est le lieu de toutes les théories conspirationnistes, notamment sur la vie extraterrestre. 

Cet événement avait incité l'armée américaine à adresser une mise en garde envers les citoyens qui auraient l'idée d'envahir le site. 

Facebook a supprimé début août l'événement, qui ne respectait pas ses critères de publication. Matthew Roberts, à l'origine de cet événement, a depuis reconnu qu'il s'agissait d'une simple blague qui lui était passée par la tête "quand il s'ennuyait à 2 heures du matin". Le jeune homme dit avoir été inspiré par un autre message Facebook qui appelait à voler les lacs du Minnesota.

Selon des médias locaux, une centaine de personnes, déguisées pour certains, ont finalement répondu à l'appel pour ce rassemblement festif.  

Quelques jours plus tôt, les Youtubeurs Ties Granzier et Govert Sweep ont été condamnés à une amende de 2.280 dollars et d'une interdiction d'un an d'approcher la zone après s'être introduits sur la fameuse base militaire.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !