Données personnelles : l'astuce de Facebook pour soustraire ses usagers au droit européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Données personnelles : l'astuce de Facebook pour soustraire ses usagers au droit européen
©NICOLAS ASFOURI / AFP

Malin

Données personnelles : l'astuce de Facebook pour soustraire ses usagers au droit européen

Le réseau social a réussi, grâce à une méthode toute simple, à soustraire 1,5 milliard de comptes du champ d’application de la nouvelle loi européenne relative à la protection des données personnelles.

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD), voté en 2016, sera appliqué dans l'Union européenne à partir du 25 mai 2018. Ses principaux objectifs sont d'accroître à la fois la protection des personnes concernées par un traitement de leurs données à caractère personnel et la responsabilisation des acteurs de ce traitement.

Pour Facebook, dont le modèle économique repose justement sur l'exploitation des données de ses usagers, c'est un problème. Mais le réseau social a réussi à le contourner en partie. Pour les utilisateurs européens, il n'a pas le choix : le réseau social devra se conformer au règlement, quitte à ce que les usagers soient mieux informés.

Le réglement européen aurait dû s'appliquer aussi aux utilisateurs d’Afrique, d’Asie, d’Australie et d’Amérique latine, qui représentent presque 70 % de ses abonnés, et étaient jusqu'ici régis par des conditions générales d’utilisation émises par le siège international de l’entreprise... en Irlande. Et le RGPD s'applique aux entreprises basées en Europe ! Pour contourner ce problème, Facebook a tout simplement modifié l’adresse de son siège social sur les pages de ces utilisateurs... Elle est désormais américaine. Hors du champ de la législation européenne.

Lu sur Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !