Deux septuagénaires tentent une traversée de l'Atlantique et mobilisent les secouristes de 5 pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Deux septuagénaires tentent une traversée de l'Atlantique et mobilisent les secouristes de 5 pays
©Reuters

Loupé

Deux septuagénaires tentent une traversée de l'Atlantique et mobilisent les secouristes de 5 pays

Partis de Norvège pour les Etats-Unis, les deux ''capitaines calamités'' ont dû être secourus 9 fois et n'ont pas dépassé l'Angleterre.

Leur histoire devrait probablement être adaptée par Hollywood... Deux américains septuagénaires se sont lancés dans une rocambolesque traversée de l'Atlantique à bord d'un voilier. Leur but ? Rejoindre les Etats-Unis depuis la Norvège en une année. Après 7 mois  de voyage, les voici bloqués... en Angleterre. Entre temps, les deux amis ont pu tester l'efficacité des services de secours européens puisque ceux qui sont désormais surnommés ''capitaines calamités'' ont été secourus pas moins de 9 mois par des équipes norvégiennes, danoises, anglaises, écossaises ou encore irlandaises... 
Panne de batterie, météo, perte de bouée, conduite approximative... Bob et Steeve enchaînent les bourdes jusqu'à la plus magistrale d'entre elles : mettre le feu à leur bateau dans un port anglais, en laissant une bougie allumée pendant leur absence. "Ils n'ont aucune idée de ce qu'ils sont en train de faire"  se désole un marin au Telegraph. "Cela n'a rien à voir avec les qualités de marin. C'est la faute de la mécanique du bateau", se défend Steve. "Nous en plaisantons, mais dire que nous sommes incompétents est exagéré." Et les deux compères ne sont pas décidés à s'arrêter là et espèrent remettre leur bateau en état pour de nouvelles aventures. 
Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !