Deux chercheurs américains créent le préservatif électrisant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux chercheurs américains créent le préservatif électrisant
©

RRRrrr

Deux chercheurs américains créent le préservatif électrisant

Deux chercheurs de Georgia Tech ont implanté, dans un préservatif, des électrodes censées augmenter le plaisir.

Deux scientifiques américains ont essayé d’élever le très classique préservatif en latex à un niveau complètement nouveau. Partant d’un constat simple - le préservatif est mal-aimé - les deux chercheurs de Georgia Tech, Fraz Peer and Andrew Quitmeyer, se sont demandés comment l’améliorer. Avec de l’électronique, pardi ! A force de se creuser les méninges, ils ont fini par équiper un préservatif d’électrodes de tout son long, reliées à un micro contrôleur.

Ce dernier émet des impulsions électriques le long du préservatif qui imiteraient certains sensations ressenties lors d’un rapport sans préservatif. Et ce sont les chercheurs qui le disent, puisqu’ils ont été les premiers testeurs de leur prototype. "C’est agréable, confortable et excitant", assurent-ils.

Deux versions de leur projet, baptisé Electric Eel, existent. La première correspond au préservatif évoqué ; dans la seconde version, les électrodes ont été implantées à l’intérieur d’une chaussette. Le plaisir procuré ici ne semble pas être à partager.

Les deux chercheurs sont à présent à la recherche de fonds pour créer la prochaine génération de préservatif - rien que ça. Ils espèrent récolter 10 000 dollars sur le site de crowdfunding Indiegogo. Ils ont même créé une entreprise associée, baptisée commingle.io, pour développer des technologies open-source en relation avec le sexe.

Lu sur Motherboard.vice.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !