Détester quelqu'un au travail augmenterait notre productivité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des études précédentes estiment que la rivalité ua travail constitue un risque pour la santé.
Des études précédentes estiment que la rivalité ua travail constitue un risque pour la santé.
©Reuters

Compétition

Détester quelqu'un au travail augmenterait notre productivité

Le sentiment de rivalité aiderait également les individus à faire preuve de plus d'ouverture dans leur environnement professionnel.

La présence d'un rival dans notre environnement professionnel nous rendrait plus productif. D'après une nouvelle étude, les gens que nous adorons détester augmentent notre productivité. En anglais, ces rivaux dans le monde du travail sont désignés par la contraction "Frenemy", à mi-chemin entre "friend" et "ennemi". Il s'agit donc d'une rivalité professionnelle prononcée entre deux personnes, mais souvent masquée par une amitié de façade. 

Dans le passé, des études ont montré que ces relations professionnelles pouvaient être dommageables pour la santé, mais de récents travaux mettent au contraire en avant le gain d'efficacité qui en découlerait. Le sentiment de rivalité envers une personne aiderait également les protagonistes à apprécier leur environnement professionnel d'un point de vue différent et plus ouvert.

Le professeur Melwani de l'université de Caroline du Nord, a réuni en groupe de deux 120 étudiants qui s'étaient entretenus par messagerie dans un premier temps. 

Pour la moitié d'entre-eux, les chercheurs ont orienté favorablement la situation pour créer le sentiment qu'une amitié allait se former. Pour l'autre moitié, les chercheurs ont créé une ambivalence entre les duos en leur posant des questions de nature compétitive. Il ont ensuite demandé à chaque duo d'étudiant d'éditer un blog. Dans une majorité de cas, les résultats se sont révélés plus efficaces au sein des duos les moins amicaux. 

lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !