Des scientifiques pourraient ressusciter le mammouth laineux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Deux Mammouth ont pu livrer leur ADN aux scientifiques grâce à un échantillon de dent et de tissu.
Deux Mammouth ont pu livrer leur ADN aux scientifiques grâce à un échantillon de dent et de tissu.
©DR

Seconde jeunesse

Des scientifiques pourraient ressusciter le mammouth laineux

"Les éléphants sont des créatures très sociables, et il n'y a aucune raison de penser que les mammouths ne l'étaient pas" estime Beth Shapiro, de l'université de Californie.

Plus de 4000 après la disparition du mammouth laineux, des chercheurs sont parvenus à reconstituer presque intégralement le génome de deux animaux de cette espèce, révèle le journal scientifique "Current Biology". Nés respectivement dans le nord de la Sibérie, et sur l'île Wrangel, dans l'océan Arctique, ces deux Mammouth ont pu livrer leur ADN aux scientifiques grâce à un échantillon de dent et de tissu.

"Ce serait très amusant, dans l'idée, de voir un mammouth vivant, et d'observer comment il se comporte, comment il bouge, mais je ne suis pas certain qu'on devrait le faire (...) Il faudrait utiliser une éléphante comme mère porteuse et cela pose un problème éthique, puisque ce processus pourrait causer des douleurs à la femelle"a confié à la BBC Love Dalen, du Muséum d'histoire naturelle de Suède.

"Les éléphants sont des créatures très sociables, et il n'y a aucune raison de penser que les mammouths ne l'étaient pas (...) Mais un mammouth serait nécessairement seul sur Terre. Il ne pourrait vivre en liberté en Arctique qu'après la naissance de beaucoup d'autres animaux. Et à moins que l'on puisse créer beaucoup de mammouths sans se servir d'éléphants, tout cela me semble éthiquement très malsain" estime quant à elle Beth Shapiro, de l'université de Californie, à Santa Cruz.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !