Des restes de Cervantès exhumés en Espagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Si l'identité du romancier n'est pas confirmée génétiquement, les informations biographiques concordent.
Si l'identité du romancier n'est pas confirmée génétiquement, les informations biographiques concordent.
©Reuters

Le retour de Don Quichotte

Des restes de Cervantès exhumés en Espagne

Des scientifiques espagnols auraient exhumé des restes de Cervantès dans une église de Madrid. Si l'identité du romancier n'est pas confirmée génétiquement, les informations biographiques concordent.

Des restes de l'écrivain Miguel de Cervantès ont été découverts ce mardi dans la crypte d'une église madrilène  à la suite de fouilles commencées en avril 2014. En janvier dernier, l'équipe scientifique expliquait rechercher "le squelette d'un homme, d'environ 70 ans, qui avait six dents, ou moins, portant des [traces de] lésions à l'intérieur du bras et à la main gauche, ne relevant pas de l'amputation, mais interdisant l'usage normal du bras".

Pour l'instant, seuls des recoupements d'ordre biographique et  archéologique permettent d'affirmer que ce sont bien les fragments de l'auteur de Don Quichotte. La mort de l'écrivain le 22 avril 1616 à Madrid était avérée mais le lieu de sa sépulture demeurait jusque-là inconnu.

Si l'archéologue Almudena Garcia-Rubio explique qu'il n'y a pas pour l'instant "d'identification confirmée par la voie génétique", le docteur Francisco Etxeberria, directeur de l'équipe scientifique chargée des recherches, est convaincu d'avoir "entre ces fragments quelque chose de Cervantès".

"Après analyse de toute l'information [...], il est possible de considérer que parmi les fragments de la réduction découverte dans le sol de la crypte de l'actuelle église des Trinitaires se trouvent certains fragments appartenant à Miguel de Cervantès », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !