Des coiffeurs belges interdits de parler politique ou religion avec leurs clients | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les coiffeurs belges ne doivent plus parler de politique.
Les coiffeurs belges ne doivent plus parler de politique.
©Reuters

Il fait beau, non ?

Des coiffeurs belges interdits de parler politique ou religion avec leurs clients

Une chaîne de salons de coiffure belges recommande à ses employés d'embrayer sur la météo ou sur la famille lorsque leurs clients commencent à causer politique...

Un salon de coiffure n'est pas le bistrot du coin ! C'est, en substance, le message que veut faire passer la plus grande chaîne de salons de coiffure belge, Olivier Dachkin, qui a demandé à son personnel d’éviter les sujets susceptibles de provoquer des débats houleux.

La RTBF rapportte qu'une consigne envoyée à l’ensemble des  65 salons de la chaîne indique qu’il est désormais "formellement interdit de parler politique ou religion avec les clients". Et si le client commence à aborder ces thématiques, "il est demandé au coiffeur de rapidement couper court à la conversation et d’aborder plutôt d’autres sujets tels que le temps, la coiffure ou la famille".

Interrogé par le quotidien belge néerlandophone Het Nieuwsblad, un employé de la chaîne explique que les clients préfèrent de toute façon parler de leur famille, de leurs amis ou des vacances. Jef Vermeulen, membre de l’Union des coiffeurs belges, n'est pas tout à fait de cet avis. "Dans un salon, on entend les nouvelles de la journée. Il y a eu la grève nationale (..) et la nomination récente du premier ministre", explique-t-il à Het Nieuwsblad. "Un coiffeur doit savoir quand écouter et surtout quand se taire. En ce sens il est un psychologue", ajoute-t-il. 

Lu dans Le Figaro Madame

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !