Des bactéries fécales de bébés rendraient les saucissons plus sains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Des bactéries fécales de bébés pour... vos saucissons
Des bactéries fécales de bébés pour... vos saucissons
©KW/JIR

Ça "fuet"

Des bactéries fécales de bébés rendraient les saucissons plus sains

Des scientifiques espagnols ont montré qu’elles pouvaient améliorer notre alimentation sans altérer la saveur.

Si vous êtes amateur de saucisson, cette nouvelle pourrait vous intéresser. En effet, une équipe de chercheurs espagnols a utilisé de la matière fécale de 43 nouveaux-nés pour… rendre les saucissons meilleurs pour la santé ! Et pour cause, ces excréments de bébés contiennent une bactérie qui rendrait les "fuet" et autres stars de la charcuterie hispanique plus sains.

Détenant le doux nom de probiotique, elle n’altère pas la délicieuse saveur du produit. Au contraire, elle le rend meilleur pour l’organisme. "Il s’agit de micro-organismes vivants, bactéries ou levures, qui, ajoutés comme compléments à certains produits alimentaires comme les yaourts ou les céréales par exemple, auraient un effet bénéfique sur la santé de l’hôte", expliquent les chercheurs ibériques.

Grâce à cette bactérie, le saucisson deviendrait donc moins gras et moins salé. Expérimenté à Girone, en Catalogne, cette trouvaille a montré qu’il y aurait davantage de bénéfices pour la santé et que ces saucissons seraient efficaces contre les infections urinaires ou contre les maladies gastro-intestinales. Néanmoins, pour que cela fasse effet, les bactéries doivent survivre sur le périlleux chemin du saucisson vers notre système digestif. De futures recherches se focaliseront sur l’isolement de ce type de bactéries afin de comprendre comment peut-elle apporter des effets bénéfiques à notre organisme. Bon appétit !

Lu sur Omicrono

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !