Des antidouleurs capables de soigner l'angoisse existentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des antidouleurs capables de soigner l'angoisse existentielle
©Reuters

Double emploi

Des antidouleurs capables de soigner l'angoisse existentielle

Selon une étude américaine, l'angoisse existentielle pourrait fonctionner au niveau cérébral comme la souffrance physique.

Le Tylenol est supposé être un antalgique classique vendu aux Etats-Unis et en Europe. Il contient, comme de nombreux antidouleurs, du paracétamol.

Une étude américaine publiée dans Psychological Science et dirigée par le chercheur Daniel Randles de l'Université de British Columbia suggère cependant que ce médicament pourrait avec un effet sur l'angoisse et l'anxiété. Et pas n'importe laquelle : celle qui découle des pensées au sujet de la mort comme destin inéluctable de la condition humaine.

L'étude s’intéresse aux différents types de douleur que peut ressentir l’être humain. Parmi ces différentes douleurs, se trouve l'angoisse existentielle."La douleur existe sous de nombreuses formes, dont celle de la détresse que les gens ressentent quand ils sont exposés à des pensées concernant la mort et l'incertitude existentielle", explique Randles.

"Nous étude suggère que ces anxiétés pourraient fonctionner comme la douleur au niveau cérébral - mais le Tylenol semble inhiber le signal indiquant au cerveau que quelque chose ne va pas", précise le chercheur. Car s'il s'agit bien d'une douleur au même titre que la douleur physique, l'angoisse existentielle peut donc être traitée grâce aux antalgiques.

Cette étude fait suite à d'autres résultats qui montraient que le paracétamol pouvait réduire la douleur non physique ressentie lorsque l'on est rejeté par ses amis.

Lu sur le New York Daily News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !