Démence : être bilingue retarderait son apparition | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Démence : être bilingue retarderait son apparition
©Reuters

Do you speak English ?

Démence : être bilingue retarderait son apparition

Le bilinguisme repousserait de quatre ans et demi la maladie d'Alzheimer, les démences vasculaires et fronto-temporales.

Etre polyglotte retarde certaines formes de démence chez les personnes âgées. Et pas qu'un peu : de quatre ans et demi. C'est ce qui ressort d'une étude publiée cette semaine dans la revue Neurology. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié 650 patients. Certains parlaient plusieurs langues, d'autres une seule. Résultat : le diagnostic de la maladie d'Alzheimer, de démences vasculaires et fronto-temporales différait considérablement chez les bilingues.

Et pas seulement chez les personnes éduquées : "les illettrés tirent aussi un profit du fait de parler plusieurs langues", souligne le Nouvel Observateur. "Notre étude est la première à montrer que les personnes parlant deux langues et incapables de lire sont aussi bénéficiaires", le niveau de formation n'est donc pas suffisant pour expliquer cette différence, explique Suvarna Alladi, de l'Institut Nizam des sciences médicales à Hyderabad (Inde), principal auteur de ces travaux.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !