Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Deliveroo rate son entrée en Bourse à Londres
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Incertitudes pour le secteur de la livraison

Deliveroo rate son entrée en Bourse à Londres

Le titre de la plateforme de livraison alimentaire a dévissé de 30% pour ses premiers pas sur le marché londonien. Deliveroo a pourtant réalisé la plus grosse introduction depuis 2011 outre-Manche. La défiance sur les marchés financiers est liée aux critiques concernant le traitement réservé aux livreurs.

Le titre de la plateforme de livraison alimentaire Deliveroo a chuté lourdement, quelques heures après son entrée en Bourse à Londres, selon des informations des Echos. Le cours a dégringolé brièvement de plus de 30% dans la première heure de cotation. Sa forte volatilité a entraîné une courte suspension du titre. La société Deliveroo est connue pour son application permettant de commander des plats auprès de restaurants mais aussi de pouvoir se faire livrer des courses alimentaires.

La plateforme avait joué la prudence en fixant à 3,90 livres sterling le prix de l'action. L'opération boursière a valorisé l'entreprise à 7,6 milliards de livres alors que le groupe avait espéré jusqu'à 8,8 milliards initialement. Les investisseurs pourraient préférer céder le titre, compte tenu des risques que représenterait un changement dans le statut des livreurs, contesté devant les tribunaux dans plusieurs pays. Deliveroo n'est pas encore rentable.

Les investisseurs ont massivement souscrit à l'opération mais n'étaient pas prêts à payer trop cher. Certains investisseurs ont en outre pu être découragés par le choix du fondateur et patron Will Shu d'opter pour un système à deux types d'actions pour une période de trois ans afin de garder le contrôle tout en cédant une partie du capital. L’introduction de Deliveroo à la Bourse de Londres est l'opération la plus importante depuis 2011 sur la place londonienne, qui cherche à rester attractive face à la concurrence accrue de l'Europe avec le Brexit.

La société a mis en Bourse 21,3% de son capital, lui permettant de récupérer 1,5 milliard de livres, dont un milliard grâce à l'émission de nouvelles actions. Deliveroo, dont le géant Amazon détenait 16% du capital avant l'opération, veut utiliser l'argent pour financer sa croissance.

Le débat sur la précarité des livreurs a été relancé à l’occasion de cette opération boursière.

Le syndicat des travailleurs indépendants britanniques, l'IWGB, a d'ailleurs l’intention d’entamer un mouvement de grève le 7 avril afin de demander de meilleures conditions de travail.

Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !