Dans le coma depuis 19 jours, elle bouge son gros orteil lorsqu'on la débranche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Dans le coma depuis 19 jours, elle bouge son gros orteil lorsqu'on la débranche
©Flickr/IsaacMao

Miracle

Dans le coma depuis 19 jours, elle bouge son gros orteil lorsqu'on la débranche

Alors que les médecins la pensaient morte, l'étudiante britannique est sortie de l'hôpital la semaine suivante.

Elle se déplace aujourd'hui avec un déambulateur. Mais Sam Hemming sourit à la vie, une vie qui a bien failli la quitter à deux reprises. La première fois sur la M6, l'autoroute qui longe Birmingham et Manchester jusqu’à la frontière écossaise : en route pour aller chez ses parents, elle est victime d'un accident de la route en juillet. Nuque brisée, cerveau endommagé... la jeune étudiante est opérée pendant six heures et placée dans un coma artificiel. 

Mais 19 jours et trois nouvelles opérations plus tard, les médecins estiment qu'ils ne peuvent pas la sauver. Décision est prise de débrancher la machine qui la maintient en vie. "Nous étions dans sa chambre en train de dire adieu à notre fille. Quand les médecins ont éteint le respirateur artificiel, j’ai crié", raconte Carol, la mère de la jeune femme au Daily Mail. "C’est alors que Sam a bougé son gros orteil ! Les médecins ont immédiatement rallumé la machine."

Quelques jours plus tard, l'étudiante subit une trachéotomie, et les médecins éteignent à nouveau le respirateur. Cette fois, Sam respire par elle-même. Huit jours plus tard, elle est autorisée à rentrer chez elle. Et le miracle ne s'arrête pas là : bien que la partie gauche de son cerveau soit endommagée, la jeune femme est capable de marcher et de parler, alors que l'hémisphère droit du cerveau n'est en théorie pas lié à la parole

"Elle est littéralement revenue de la mort. Si elle n’avait pas bougé son orteil, elle ne serait pas là aujourd’hui", tremble sa mère. L'étudiante, toujours en convalescence, n'a elle pas abandonné son rêve de devenir notaire.

Lu dans Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !