Curiosity sur Mars : le rover victime d'une panne informatique<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Une panne informatique a obligé les ingénieurs de la Nasa à interrompre les expériences de Curiosity sur Mars.
Une panne informatique a obligé les ingénieurs de la Nasa à interrompre les expériences de Curiosity sur Mars.
©NASA

Couac

Le robot Curiosity connaît actuellement sa première grosse avarie.

SOS, robot en détresse : Curiosity est en proie à des difficultés informatiques. Du coup, toutes les expériences du rover ont été interrompues depuis le 27 février, a indiqué la Nasa qui espère que ses ingénieurs pourront résoudre l'avarie dans les prochains jours. "Les radiations sont largement suspectées d'être à origine du problème qui affecte la mémoire embarquée" du robot, indique le site Génération-NT.

Curiosity est équipée de deux  ordinateurs de bord : l'ordinateur A et l'ordinateur B. "Chacun est capable de porter l'intégralité de la mission à son terme", précise Génération-NT. Mercredi, un des deux ordinateurs à bord de Curiosité a été corrompu et a commencé à envoyer des commandes étranges. La décision a donc été prise de transférer toutes les commandes sur l’ordinateur de secours. Cette décision met automatiquement le rover en "mode sécurité". "L’objectif maintenant est de restaurer Curiosity sur l’ordinateur B, de réinstaller la sauvegarde sur l’ordinateur A et que Curiosity puisse se remettre au travail dans moins d’une semaine", explique le site Gizmodo.

Le robot, qui s'est posé sur Mars le 6 août 2012, se trouve depuis l'été dernier dans le cratère Gale près de l'équateur martien afin d'y étudier les conditions environnementales, et d'évaluer si elles sont favorables - ou non - aux microbes.

Lu sur Génération - NT

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !