Curiosity sur Mars : le robot de la Nasa prouve que la vie aurait pu exister sur la planète rouge | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La vie at-elle existé un jour sur la planète Mars ?
La vie at-elle existé un jour sur la planète Mars ?
©

Chroniques martiennes

Curiosity sur Mars : le robot de la Nasa prouve que la vie aurait pu exister sur la planète rouge

Les premières analyses montrent que l'on "aurait pu boire" l'eau de Mars.

Grande nouvelle pour le monde scientifique et les fans de science-fiction. Ray Bradbury avait raison ! (Beaucoup) plus sérieusement, la vie microbienne aurait pu exister dans le passé sur la planète Mars, selon une analyse des minéraux contenus dans le premier échantillon d'une roche effectuée par des instruments du robot américain Curiosity, a annoncé mardi 12 mars la Nasa.

"Une question fondamentale à laquelle la mission Curiosity devait répondre était celle de savoir si Mars pourrait avoir été propice à la vie : sur la base de ce que nous savons maintenant, la réponse est affirmative", a déclaré lors d'une conférence de presse, Michael Meyer, le principal scientifique de la mission Curiosity. Ce qui ne veut pas tout à fait dire que la vie a existé sur Mars. La découverte prouve en tout cas que certains éléments nécessaires à la vie étaient eux bien présent, les scientifiques de la mission spatiale précisant que les instruments du robot ne permettent pas de détecter la vie comme telle.

Ces fameux instruments ont analysé le premier échantillon prélevé à l'intérieur d'une roche sur Mars. Celle-ci se trouvait à la fin d'un ancien réseau de rivières qui ont pu fournir des ingrédients chimiques et d'autres conditions favorables pour la vie de microbes, ont expliqué ces chercheurs.

La roche contient de l'argile, formée dans de l'eau, des minéraux comme des sulfates et d'autres substances chimiques. "Les minéraux argileux représentent au moins 20% de la composition de l'échantillon", a précisé David Blake de la Nasa qui a effectué ces analyses.

De plus, cet ancien environnement humide, à la différence des autres déjà observés sur Mars, n'était pas fortement oxydé, acide ou très salé, ont expliqué ces chercheurs. "On aurait pu boire cette eau", a lancé John Grotzinger, un autre responsable scientifique de la mission Curiosity,

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !