Coupe du monde 1942 en Patagonie : la compétition oubliée de tous | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Coupe du monde 1942 en Patagonie : la compétition oubliée de tous
©Reuters

Scoop (ou pas)

Coupe du monde 1942 en Patagonie : la compétition oubliée de tous

Des fouilles paléontologiques ont permis de retrouver la trace de l'organisation d'un tel événement sportif à cette époque. C'est ce que raconte un documentaire publié ce dimanche sur Canal +.

Dans deux semaines débute le Mondial brésilien. Tous les fans de foot attendent cet événement avec impatience. Les médias, de leur côté, n'en finissent plus de revenir sur les anciennes Coupes du monde disputées. De la première édition en 1930 en Uruguay à la plus récente en 2010 en Afrique du Sud, les rétrospectives pullulent. Mais à chaque fois, il y a un oubli de taille : la compétition qui s'est déroulée en 1942 en... Patagonie. En effet, jusqu'à ce que des fouilles paléontologiques mettent à jour un tel événement, cette épreuve a été totalement oubliée. Mais comme l'a montré un documentaire intitulé “La Coupe du monde disparue” et diffusé ce dimanche sur Canal+, cette Coupe du monde a bel et bien eu lieu.

Concrètement, comme l'indique Télérama, c'est un chantier de fouilles paléontologiques dans le Sud de l’Argentine qui a permis de retrouver un squelette humain et une vieille caméra miraculeusement conservée. Et sur les bandes de caméra, on retrouve la preuve de l’existence, tenue secrète pendant soixante-dix ans, de cette Coupe du monde de football organisée en Patagonie…

Mais, comme le souligne Télérama, dès les premières minutes de ce documentaire italo-argentin de Lorenzo Garzella et Filippo Macelloni, on se rend bient compte de la supercherie. En réallité, il ne s'agit que d'une farce à laquelle se sont notamment prêtées les ex-gloires du foot Roberto Baggio et Gary Lineker… A voir tout de même.


Extrait de «La Coupe du monde disparue»par Telerama_BA

lu sur Télérama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !