Comment la Banque d'Angleterre a aidé les nazis à vendre l'or qu'ils avaient volé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Selon certaines rumeurs, la Banque d'Angleterre possèderait toujours des lingots, gravés d'une croix gammée.
Selon certaines rumeurs, la Banque d'Angleterre possèderait toujours des lingots, gravés d'une croix gammée.
©

Point Go(l)dwin

Comment la Banque d'Angleterre a aidé les nazis à vendre l'or qu'ils avaient volé

Le butin - estimé aujourd'hui à plus 340 millions d'euros - a sans doute servi à financer la machine de guerre d'Hitler.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Banque d'Angleterrea aidé lesnazisà vendre l'or qu'ils avaient volé pendant l'invasion de la Tchécoslovaquie. C'est ce que révèlent des documents publiés récemment, et dont le Daily Mail se fait l'écho. Les chercheurs pensent que le butin - estimé aujourd'hui à plus 340 millions d'euros - a sans doute servi à financer la machine de guerre d'Hitler.

Les lingots, entreposés dans les coffres de la Banque d'Angleterre, ont été vendus aux banques nationales de Belgique et des Pays-Bas, et à des particuliers de ces deux pays. Pour le seul mois de juin 1939, la Banque a aidé à écouler près de 980 000 euros d'or - sans attendre l'accord du gouvernement britannique. Ce dernier a stoppé net les transactions dès le début de la guerre, le 1er septembre 1939.

Difficile de connaître le rôle exact de la Banque d'Angleterre dans cette histoire. Selon les documents, elle aurait d'abord consulté le chancelier de l'Echiquier (équivalent de notre ministre de l'Economie et des Finances). Ce dernier aurait lui-même demandé l'avis desconseillers juridiques dela Couronne. En somme, chacun des protagonistes s'est renvoyé la balle...

Selon certaines rumeurs, la Banque d'Angleterre aurait toujours en sa possession des lingots, gravés d'une croix gammée.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !