Cigarette électronique : 23 millions d'Européens l'ont testée en 2012 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
500 000 Français ont adopté la cigarette électronique.
500 000 Français ont adopté la cigarette électronique.
©Reuters

Fumer sans feu

Cigarette électronique : 23 millions d'Européens l'ont testée en 2012

Le Parlement européen doit décider le 8 octobre prochain si la e-cigarette doit être classée comme produit pharmaceutique.

Selon l'Eurobaromètre 2012, trois millions de Français ont essayé la cigarette électronique tandis que 500 000 personnes l'ont adoptée. Un chiffre qui s'élève à 23 millions sur l'ensemble de l'Europe. Ouverte en France au grand public - exception faite des mineurs - l'e-cigarette coûte trois fois moins cher à l'année que la cigarette traditionnelle. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) propose d'ailleurs de la classer comme produit pharmaceutique. Une proposition sur laquelle le Parlement européen va plancher le 8 octobre prochain.

Si un tel texte venait à être voté, la vente de la e-cigarette en tant que substitut à la cigarette traditionnelle sera contrôlée. Elle serait alors soumise à autorisation de mise sur le marché et devrait subir le coût de taxes plus élevées. Selon la Commission européenne, le produit doit par ailleurs rester un outil de sevrage. Son classement en tant que médicament permettrait ainsi de limiter son usage aux fumeurs souhaitant réduire leur consommation.

Les Etats-Unis planchent, de leur côté, sur la possibilité de classer la cigarette électronique comme un produit du tabac. Selon le Centre de contrôle des maladies (CDC), le produit serait consommé en masse par les jeunes américains, notamment ceux qui n'avaient jamais fumé. La nouvelle classification du produit reconnaîtrait ainsi un danger pour la santé.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !