Cécilia Attias : "c'est difficile d'être l'ex" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cécilia Attias et son époux, Richard
Cécilia Attias et son époux, Richard
©

Confidences pour confidences

Cécilia Attias : "c'est difficile d'être l'ex"

L'ancienne épouse de Nicolas Sarkozy poursuit la promotion de son livre : "Une envie de vérité".

Cécilia Attias, ex-madame Sarkozy est partout. Dimanche dernier, pour la promotion de son livre intitulé, "Une envie de vérité", elle était l'invité de Laurent Delahousse sur le plateau de France 2. L'ancienne éphémère Première dame est apparue très fermée, racontant ses années auprès de celui qui deviendra président de la République. Elle évoquait également son rôle, ses angoisses, ses envies aussi. 

Ce jeudi, Cécilia Attias a donné une nouvelle interview à Nice-Matin dans laquelle, elle se dévoile un peu plus. Et elle raconte comment cette période a été difficile pour son nouveau mari, Richard Attias. "C’est difficile d’être l’ex. Pour Richard Attias, mon mari, ça a été encore plus dur. Je me sentais alors très coupable. Il en a pris plein la figure. C’est pour ça que nous sommes partis tout de suite. Les gens lui retiraient ses dossiers, il a perdu son job. Il a été producteur de Davos pendant quinze ans, mais Davos l’a remercié le jour de notre mariage. Il s’est reconstruit et va bien mais ça a été violent" explique-t-elle.

Une nouvelle fois, elle décline sa vision de la France. "Il y a des réformes à faire en France, mais pour y parvenir, il faut arrêter de râler en permanence sur toutes les mesures qu’on peut engager. Nicolas n’a pas réussi, il n’avait peut-être pas mis la forme pour le faire, mais il avait posé le bon diagnostic. Il s’est heurté au blocage. Je pense que c’est très ancré. La France est un pays qui ne va pas bien et où il faut prendre des mesures, même si elles sont impopulaires" prône Cécilia. 

Mais l'ex-Première dame réaffirme son amour pour son pays. Et visiblement, selon elle, c'est réciproque. "Aujourd’hui, quand je viens en France, je ressens beaucoup de gentillesse" conclut-elle.

Lu sur Nice Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !