Carla Bruni évoque sa grossesse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Carla Bruni évoque sa grossesse
©

Brégançon

Carla Bruni évoque sa grossesse

La première Dame de France parle d'un bonheur "inattendu et inespéré". Elle souhaite aussi que son mari se présente en 2012.

Retenue au Fort de Brégançon en raison de sa grossesse, Carla Bruni n'a pas pu assister au défilé du 14 juillet à Paris, mais a profité de son séjour à Bormes-les-Mimosas pour accueillir dix femmes de marins français engagés au large de la Libye.

La première Dame a ensuite reçu des journalistes de Nice-Matin avec lesquels elle a abordé cette fête nationale, le travail de son mari et l'heureux événement, "inattendu et inespéré", qu'elle attendait.

Carla Bruni a expliqué qu'elle n'exhibait pas sa vie pour se protéger, et indiqué qu'elle ne connaissait pas encore le sexe de son futur enfant. Elle est aussi revenue sur sa fonction :

"Trois ans ainsi, c’est beaucoup moins fatigant que dix ans de mannequinat. Dame de France, c’est une responsabilité, il ne faut pas dire n’importe quoi, mais je ne suis pas d’une nature écervelée, et c’est une parenthèse magnifique dans mon existence. Et puis, c’est d’abord  la rencontre avec l’homme de ma vie".

Interrogée sur les critiques qui visent Nicolas Sarkozy, Carla Bruni a répondu : "La critique, c’est l’essence de la démocratie, et ça tient mon mari en éveil. Quand on est élu, il est important de rester conscient et sensible, même si c’est parfois difficile. C’est ce qui permet ensuite de se régénérer, ça donne le pouvoir de faire des choses formidables".

Elle a enfin confié que la sortie de son prochain album avait été repoussée à cause de sa grossesse, et qu'elle espérait que son mari brigue un second mandat "pour la France".

Lu sur Nice-Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !