Cancer du poumon : le cancer le plus mortel bientôt détectable grâce une simple prise de sang | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Cancer du poumon:le cancer le plus mortel bientôt détecté grâce à une simple prise de sang.
Cancer du poumon:le cancer le plus mortel bientôt détecté grâce à une simple prise de sang.
©Reuters

Avancée

Cancer du poumon : le cancer le plus mortel bientôt détectable grâce une simple prise de sang

Elle pourrait détecter, des années avant une radiographie, la présence de cellules tumorales circulantes, a annoncé vendredi 31 octobre l'équipe médicale française à l'origine des travaux.

C'est une "première mondiale". Vendredi 31 octobre, une équipe médicale française a annoncé qu'il était désormais possible d'effectuer un dépistage précoce du cancer du poumon par simple prise de sang. Cette dernière permettrait donc de détecter, des années avant qu'une radio classique ne puisse montrer le moindre symptôme, la présence de cellules tumorales circulantes. Ces dernières jouent le rôle de sentinelles.

Selon Paul Hofman, qui a dirigé les recherches, il s'agit d'une"percée extraordinaire dans le domaine des cancers pulmonaires invasifs", pour "viser l'éradication du cancer". Le cancer du poumon est le plus mortel des cancers et il "se détecte en général tardivement, quand la maladie a déjà évolué a-t-il rappelé à France Info. 

"Nous avons étudié une population de 245 sujets sans cancer, dont 168 à risque car atteints de bronchopathie chronique obstructive", a-t-il également expliqué dans la revue scientifique américaine Plos One, qui a publié l'étude. "Sur ce nombre, cinq présentaient, avant toute détection des symptômes par imagerie, des cellules cancéreuses circulantes, et toutes ont déclenché un cancer, soit 100% de sensibilité au test. Nous avons fait la preuve de concept, il reste maintenant à le valider statistiquement au travers de l'étude nationale que nous proposons", a-t-il déclaré. Aussi, les test ne seront-ils pas disponibles avant quatre ou cinq ans. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !