Ouuhhh les Twittos ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Ouuhhh les Twittos !
©

La main dans le sac

Ouuhhh les Twittos !

La chaîne Canal Plus a sommé ses équipes de ne plus recourir au site de micro-blogging, Twitter, pour transmettre leurs informations. Le groupe justifie cette interdiction par son souhait de respecter la clause d’exclusivité.

Canal Plus sévit.  La chaîne cryptée a expressément demandé à ses journalistes de ne plus recourir au site de micro-blogging, Twitter, afin de privilégier leur rédaction. La requête est tombée comme un couperet alors que se tenait au même moment aux États-Unis la comparution de Dominique Strauss-Kahn, au tribunal de New York. Un évènement mondialement suivi et relayé par les quelques journalistes présents dans la salle d’audience... via Twitter justement. La journaliste de Canal Plus, Laurence Haïm, également présente pour la fameuse audience, auraient suivit des consignes très strictes de sa hiérarchie : aucune information ne devra être publié via son compte Twitter. Une instruction que Canal + justifie par le respect de la clause d’exclusivité et le souhait de voir « les journalistes d’abord réserver leurs informations à leurs rédactions. »

La correspondante de la chaîne a donc dû, avec beaucoup de professionnalisme, envoyer des textos à son rédacteur en chef, tout au long de l’audience.

Le site Business Insider pointe lui aussi certains twittos du doigt. En rappelant le pouvoir que peut détenir le site de micro-blogging, le portail américain souligne également quelques dérapages, qui se sont tout bonnement soldés par le licenciement de leurs auteurs. Parmi ces mauvais élèves du twitt, le comédien Gilbert Gottfried qui a eu la bonne idée de twitter une blague d’un goût douteux sur son compte. Il s’amuse en déclarant, « le Japon est vraiment bien avancé. Ils n’allaient pas à la mer, alors c’est la mer qui est venue à eux. » Un flop qui s’est conclu par un renvoi ! Et à en croire le site américain, la liste est longue.

Lu sur L'Informaticien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !