Canal + : l'animateur Lamine Lezghad provoque un gros malaise en direct après une blague douteuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Canal + : l'animateur Lamine Lezghad provoque un gros malaise en direct après une blague douteuse
©Capture d'écran

La grande classe

Canal + : l'animateur Lamine Lezghad provoque un gros malaise en direct après une blague douteuse

Alors que l'émission recevait le mannequin et égérie de Dior Camille Rowe, l’humoriste a lancé un élégant : "On veut tous la baiser, hein !".

Ce n’est pas le premier malaise à Canal+, et vraisemblablement pas le dernier. Mardi soir, le Grand Journal, dont les audiences s’effritent comme peau de chagrin, recevait la comédienne française et égérie Dior, Camille Rowe. Alors que l’animateur Victor Robert présentait son invitée, qui était accompagnée du photographe Peter Lindbergh, l’humoriste Lamine Lezghad a lancé de but en blanc : "On veut tous la baiser, hein !".

Cette élégante intervention a provoqué une profonde gêne au milieu d’un plateau et d’un public désemparés. Sans se démonter, le chroniqueur s’est alors tourné vers la journaliste transsexuel Brigitte Boréale et le journaliste littéraire Augustin Trapenard : "Non mais ça va, les PD ! On peut se faire plaisir non ? Ils sont là : "Oh, oh ! ». Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? C’est un compliment !".

Critiqué par ses collègues, l’animateur a alors fait semblant de partir. La principale intéressée, Camille Rowe, visiblement mal à l’aise, a tenté de faire bonne figure en gardant le sourire. Victor Robert n’a quant à lui pas réagi directement aux propos de Lamine Lezghad, se contentant de dire, lorsque celui-ci a fait mine de quitter le plateau, que s’il ne revenait pas, il ne serait "pas payé".

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !