Boire de la bière ? Volontiers, cela rend plus heureux<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La bière apporterait au cerveau une importante quantité de dopamine, l'hormone du bien-être.
La bière apporterait au cerveau une importante quantité de dopamine, l'hormone du bien-être.
©Reuters

Glou, glou, glou

Selon une étude américaine, le goût de la bière libère dans notre cerveau une importante quantifié de dopamine, l'hormone du bien-être.

La bière, remède implacable contre la tristesse ? C'est ce qu'affirment des chercheurs américains de l'Université de l'Indiana. L'étude, publiée dans le Journal Of Neuropsychopharmacology, révèle en effet que cette boisson - même consommée à petite dose - apporterait au cerveau une importante quantité de dopamine, l'hormone du bien-être. 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est bien le goût de la bière, et non l'alcool qu'elle contient, qui produit cet effet, rapporte le site Métro. "C'est la première fois que les résultats d'une étude montrent que le goût d'une boisson alcoolisée sur l'être humain, sans l'effet de l'alcool sur le corps, peut déclencher la libération de dopamine dans les centres de récompense du cerveau", explique le professeur David Kareken, qui a dirigé l'étude.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont distribué trois boissons différentes à une cinquantaine d'hommes : de l'eau, de la bière et une boisson énergisante. Chaque boisson a été distribuée dans une intervalle de 15 minutes. Les scientifiques ont ensuite comparé les effets de chacune d'elle sur le cerveau à l'aide d'un scanner. Résultat : le taux de dopamine était nettement supérieur après avoir bu de la bière. 

Petit bémol : si le fait de boire de la bière libère de la dopamine, cela provoque aussi l'envie de boire encore plus... 

Lu sur Métro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !