Australie : il trouve 55 000 euros en nettoyant des toilettes... et peut les garder<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Australie : il trouve 55 000 euros en nettoyant des toilettes... et peut les garder
©Reuters

Patience et longueur de temps

L'honnêteté de cet étudiant aura payé : il pourra garder une partie du butin qu'il avait involontairement découvert... il y a trois ans.

Chamindu Amarsinghe aura bien agi jusqu'au bout : cet étudiant néo-zélandais a en effet été autorisé à garder une partie du butin qu'il avait découvert dans les toilettes d'une chaîne de télévision qu'il nettoyait, il y a de cela trois ans.

Retour en 2011 : alors qu'il fait du nettoyage au sein des locaux de la chaîne de télévision Channel 7, Chamindu Amarsinghe découvre dans une poubelle des coupures de 50 et 100 dollars, poiur un montant total de 82 000 dollars australiens (soit 55 000 euros) ! Mais, au lieu de tout garder pour lui, il décide au contraire de prévenir sa hiérarchie de cette surprenante trouvaille : "J’ai juste pensé “Ce n’est pas mon argent donc je ne peux pas l’emporter”" explique-t-il. Il note aussi qu'à l'époque, il avait peur que le propriétaire des billets perdus ne finisse par lui tomber dessus... La police retrouvera dans les jours suivants de nouvelles coupures dans la tuyauterie de ces mêmes toilettes, le butin s'élevant alors à 109 000 dollars australiens (70 000 euros).

La semaine dernière, Chamindu - devenu étudiant depuis, mais toujours avec un petit boulot à côté - a reçu un surprenant appel téléphonique de la part des autorités : l'argent qu'il a lui-même découvert... lui appartient désormais ! Le reste, découvert par un plombier, atterrira finalement dans les caisses de l'Etat. La raison de cette "happy end" : la police n'a jamais retrouvé l'origine de ces billets, l'enquête n'ayant débouché sur rien. "Je suis vraiment, vraiment chanceux. Je ne vais pas gaspiller cet argent" conclut-il modestement.

Vu sur le New Zealand Herald

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !