Après les attentats, le Loto envisage d'arrêter de célébrer le "vendredi 13" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Après les attentats, le Loto envisage d'arrêter de célébrer le "vendredi 13"
©Reuters

A qui le tour ?

Après les attentats, le Loto envisage d'arrêter de célébrer le "vendredi 13"

La patronne de la Française des jeux (FDJ), Stéphane Pallez, évoque l'avenir du "vendredi 13" dans une interview à Paris Match.

Une superstition fait du vendredi 13, dans certaines cultures, un jour de malheur ou au contraire un jour de chance. Cette superstition est notamment exploitée par les sociétés de jeux d'argent comme la Française des jeux, dont les jeux de type loterie proposent des gains ("cagnottes") plus élevés lors de chaque vendredi 13.

Or, le 13 novembre, jour des attentats à Paris, était un vendredi.

A l'occasion d'une interview consacrée au recrutement des femmes dans le secteur de l'innovation, un journaliste de Paris Match a donc demandé à la PDG de la Française des jeux, Stéphane Pallez si la société allait continuer à "miser sur ce jour".  "Votre nouveau slogan, «Chaque jour est une chance», a dû vous glacer ce dernier vendredi 13, jour traditionnel du super tirage du loto et jour des attentats à Paris", dit la journaliste.

"Nous nous posons la question", répond la PDG. "Le 13 novembre était le dernier vendredi de 2015. Le prochain sera en 2016. Il n’est pas certain que cette tragédie exceptionnelle change notre tradition, même s’il restera un jour noir. Nous allons évaluer à froid ce que nos clients nous disent. Et nous prendrons une décision", explique-t-il.

 

Lu dans Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !