Cherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cherche strip-teaseuse,
12 euros de l’heure
©

Annonce

Cherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure

C’est l’offre que Pôle Emploi a envoyé à une éducatrice au chômage.

Danielle Casadamont, éducatrice spécialisée de 53 ans, au chômage depuis un an, a reçu une annonce de Pôle Emploi plutôt déroutante : "Recherche strip-teaseuse, 12 euros de l'heure. Au sein d'un établissement privé vous interprétez des œuvres chorégraphiques avec des techniques classiques du strip-tease topless, du mercredi au samedi. Horaires: de 21h à 5h du matin."

Si elle peut en rire aujourd’hui, sa première réaction a été plutôt vive : "Ce qui me perturbe, c'est la déontologie de Pôle emploi. S'ils nous proposent de nous foutre à poil pour gagner notre vie, où est la limite, ça suffit!"

A Pôle Emploi pourtant, rien d’anormal : "si elle a reçu cette offre, c'est parce qu'elle avait demandé de recevoir toutes les offres d'emploi disponibles à moins de trente kilomètres de chez elle, sans préférence pour le domaine d'activité et le type de contrat", a expliqué un porte-parole. Qui concède toutefois "comprendre" que cette femme soit "énervée".

La faute donc, à l’envoi automatique d’offres d’emploi : "À aucun moment, un conseiller ne s'est dit ‘je vais envoyer cette offre à cette femme en particulier'. C'est automatique à partir du moment où les offres sont déposées par les employeurs. C'est pour cela qu'il faut bien cerner la recherche d'emploi. Si elle change ses critères de recherche, elle ne recevra pas d'offre aussi éloignée de son métier d'éducatrice", note le porte-parole.

Par ailleurs, Pôle Emploi estime l’annonce "sérieuse". "Danser est un métier à part entière" a précisé le porte-parole.

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !