Affaire Morandini : accusé, Marc-Olivier Fogiel répond vertement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Affaire Morandini : accusé, Marc-Olivier Fogiel répond vertement
©Reuters

Ok Corral

Affaire Morandini : accusé, Marc-Olivier Fogiel répond vertement

Interrogé par l'Obs, l'animateur se défend de toute implication dans le scandale qui touche Jean-Marc Morandini et ne mâche pas ses mots.

L'affaire tourne au règlement de compte entre Marc-Olivier Fogiel et Jean-Marc Morandini. Ce dernier accuse son ex-collègue d'Europe 1 d'être à l'origine du scandale, révélé par les Inrocks, selon lequel il organise des castings douteux avec des jeunes hommes. "Évidemment, je ne l’ai jamais fait chanter" répond Marc-Olivier Fogiel dans une interview pour l'Obs."Son affaire n’est pas la mienne, c’est celle de la justice. Sa diversion est pathétique… Son écran de fumée déjà dissipé."

L'animateur du "Divan" estime que "les accusations portées contre lui sont suffisamment graves pour ne pas jouer avec ça." Tout en précisant : "Si j’avais eu le moindre élément le concernant, ça n’est pas à la presse que je l’aurais donné, mais à la justice." Sa seule "faiblesse" est d'avoir écrit "sur le ton de la plaisanterie, deux tweets qui aujourd'hui au vu des révélations paraissent maladroits." Notamment le fameux :"maintenant lâche-moi ou je balance les dossiers."

Fogiel raconte que Morandini lui en veut depuis 2008 et son arrivée à la matinale d'Europe 1. "La station était convalescente, il y était tout puissant" explique Fogiel. "Il s’est senti détrôné et a nourri une espèce d’aigreur et de jalousie qu’il illustre aujourd’hui de façon pathétique (…) Je n’ai, bien entendu, jamais essayé de le faire virer."

Désormais, Marc-Olivier Fogiel souhaite porter plainte mais attend "d’abord la justice lui demander des comptes sur le fond." Et de conclure : "être traité de maître chanteur, ce n’est jamais très agréable mais ça ne m’étonne pas tellement de lui."

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !