Acheter un bébé de six mois sur Le Bon Coin, c'est possible | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un père met son bébé de six mois en vente sur Le Bon Coin.
Un père met son bébé de six mois en vente sur Le Bon Coin.
©DR

Bébé à vendre

Acheter un bébé de six mois sur Le Bon Coin, c'est possible

Un père a mis en vente son fils sur le site Internet après avoir découvert qu'il n'était pas le sien.

On trouve décidément de tout sur Le Bon Coin. Et cette fois, la trouvaille insolite était à chercher du côté de la rubrique Ameublement. Un bébé de six mois était en effet mis en vente sur le site de petites annonces samedi. Le vendeur : son père, âgé d'une trentaine d'années selon le site Internet du quotidien gratuit Metro, qui venait de découvrir qu'il n'était justement pas le papa du nourrisson. Il avait notamment écrit sur l'annonce : "Je viens de découvrir que cet enfant n'est visiblement pas le mien. Outre le fait qu'il n'ait pas la même couleur de peau que moi, le père m'a téléphoné sur le portable de ma femme pour me demander des nouvelles de mon fils. Le prix est donc à débattre mais n'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés".

L'offre, repérée par l'Enfance en danger, a été rapidement supprimée. Le parquet de Bobigny a par ailleurs ouvert une enquête préliminaire pour "délaissement d'enfant" menée par les policiers de la sûreté territoriale.

Ce n'est pas la première fois que des sites Internet de petites annonces proposent d'acheter des enfants. Une mère allemande avait par exemple mis son bébé de sept mois en vente sur eBay en mai 2008, tandis qu'à Auchel dans le Pas-de-Calais, quatre enfants de trois à dix ans étaient mis en vente pour 950 euros. Cette dernière annonce était toutefois un canular.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !