100 orgasmes par jour, oh oui ? Oh non ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
100 orgasmes par jour, oh oui ? Oh non !
©

Mauvaise jouissance

100 orgasmes par jour, oh oui ? Oh non !

Kim Ramsey, une infirmière anglaise, souffre du syndrome d’excitation génitale persistante.

100 orgasmes par jour, un rêve ? Plutôt un calvaire pour Kim Ramsey qui ne peut plus rien faire normalement. Cette infirmière anglaise âgée de 44 ans, qui peut avoir jusqu’à 100 orgasmes par jour, ne peut en effet plus faire le ménage, prendre le train, conduire sans que ces activités ne déclenchent des orgasmes. Kim Ramsey souffre du syndrome d’excitation génitale persistante, une perception d’excitation génitale prolongée en dépit de l’absence de désir ou stimulation sexuelle, généralement source de stress, et surtout une maladie actuellement incurable.

L’Anglaise souffre de ce syndrome depuis une chute dans les escaliers en 2001. Un kyste, formé sur sa colonne vertébrale suite à l’accident, serait à l’origine de tous ces orgasmes.

L’infirmière ne s’est pas rendue immédiatement compte de ce qui lui arrivait. C’est en 2004, après avoir eu des relations sexuelles avec son nouvel amant, qu’elle a eu « des orgasmes constants pendant quatre jours », jusqu’à penser qu’elle devenait folle, a-t-elle confié au tabloïd anglais The Sun. « Nous avons tout essayé pour arrêter ces orgasmes. Rester en position accroupie, des exercices de respiration. […] Je me suis même assise sur des petit-pois congelés, mais les orgasmes ne s’arrêtaient pas. J’ai dû avoir près de 200 orgasmes à cette période. L’épuisement, la peine étaient insupportables».

Malgré la douleur, Kim Ramsey continue de travailler, tout en espérant qu’un traitement serait un jour trouvé à cette condition qui pourrait faire envie à certaines, mais qui s’avère en fait comme un triste poids à porter, provoquant de terribles douleurs, mais l’empêchant également d’avoir une vie de couple.

Lu sur The Sun

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !