"Valérian et la cité des mille planètes" signe le deuxième meilleur démarrage de l'année dans les salles françaises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Valérian et la cité des mille planètes" signe le deuxième meilleur démarrage de l'année dans les salles françaises
©

Carton

"Valérian et la cité des mille planètes" signe le deuxième meilleur démarrage de l'année dans les salles françaises

Alors que le film de Luc Besson connaît un démarrage compliqué aux Etats-Unis, les Français semblent lui réserver un accueil plus chaleureux.

Voilà qui devrait redonner le sourire à Luc Besson et ses comptables. Démolie par la presse américaine et bien peu convaincant au box-office outre-Atlantique, Valérian et la Cité des mille planètes semble se refaire une santé en France

Avec 375 400 spectateurs, la super-production tricolore a réalisé deuxième meilleur démarrage de l'année pour un film en France, derrière le film d'animation Moi, moche et méchant. Diffusé dans 27 salles sur Paris pour son premier jour d'exploitation, Valérian a attiré 5 306 personnes, dont plus de 500 lors de sa première séance exceptionnelle au cinéma des Halles, à 9 heures, en présence de son réalisateur.

Une bonne nouvelle Luc Besson pour et sa société EuropaCorp qui ont beaucoup misé sur Valérian et la cité des mille planètes - inspiré de la bande dessinée de Christin et Mézières et porté par Dane DeHaan, Cara Delevingne ou encore Rihanna- au point d'y investir 180 millions d'euros de budget. Le succès du film est donc crucial pour la société qui a affiché une perte nette de 120 millions d'euros lors de son dernier exercice.

Au-delà de la France, le réalisateur tricolore compte sur d'autres marchés pour rentabiliser son dernier bébé, notamment la Chine.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !