"Une ambition intime" : Benoît Hamon a refusé de participer à l'émission de Karine Le Marchand | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Une ambition intime" : Benoît Hamon a refusé de participer à l'émission de Karine Le Marchand
©Reuters

Dur à cuire !

"Une ambition intime" : Benoît Hamon a refusé de participer à l'émission de Karine Le Marchand

" Verser une larme ou révéler une part choisie de mon intimité ne dirait rien de ma capacité à entendre les préoccupations des Français et à y répondre.", a déclaré le candidat à la primaire socialiste.

La nouvelle émission de Karine Le Marchand divise non seulement les spectateurs, mais également les politiques. Pendant que certains se battent pour aller sur le divan de l’animatrice, d'autre le refuse catégoriquement comme François Hollande ou encore Benoît Hamon. Le candidat à la primaire socialiste a en effet décliné l’invitation de participer à "Une ambition intime", un programme qui "ne correspond pas à sa vision de la politique".

Pour que tout le monde soit au courant de sa décision, il a publié une explication sur sa page Facebook. Ainsi, la qualité de l'émission "et les téléspectateurs qui s’y intéressent ne sont pas en cause : ce format ne correspond simplement pas à ma vision de la politique. Il serait incohérent pour moi de reprocher à l’élection présidentielle d’ignorer les enjeux fondamentaux de notre pays, tout en participant à ce qui s’apparente à un casting de l'homme providentiel. Verser une larme ou révéler une part choisie de mon intimité ne dirait rien de ma capacité à entendre les préoccupations des Français et à y répondre. Ce chemin, celui de la sobriété, n’est pas celui de la facilité, mais il correspond à mes convictions profondes.", a expliqué Benoît Hamon. 

 

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !