"Test du portefeuille" : Helsinki, ville la plus honnête du monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le portefeuille du test contenait 37 euros et des papiers d'identité permettant d'identifier son propriétaire.
Le portefeuille du test contenait 37 euros et des papiers d'identité permettant d'identifier son propriétaire.
©Reuters

Bonne conscience

"Test du portefeuille" : Helsinki, ville la plus honnête du monde

Paris n'a pas été testée.

Dans quelle ville auriez-vous le plus de chances de revoir votre portefeuille en cas de perte ? C'est la question que s'est posée le Reader's Digest. Le magazine américain a donc envoyé seize journalistes dans de grandes métropoles afin qu'ils y mènent un test tout simple : ils devaient "perdre" leur portefeuille, dans lequel se trouvaient le nom et le numéro de portable du propriétaire ainsi qu'une photo de famille, quelques papiers, des cartes de visite et l'équivalent de 50 dollars (37 euros), et voir combien de personnes allaient tenter de le leur ramener. L'expérience a été menée douze fois par ville.

Alors que certaines personnes se contentaient de mettre l'objet dans leur poche et partaient avec, d'autres tentaient de retrouver son possesseur dans les environs avant d'appeler le numéro de téléphone qui se trouvait dedans. Le test n'a pas valeur de démonstration scientifique et de grandes villes telles que Paris ou Tokyo n'en ont pas fait l'objet. Toujours est-il que c'est Helsinki qui est sortie vainqueur de ce petit jeu, 11 habitants sur 12 ayant tenté de retrouver le propriétaire du portefeuille.

Bombay obtient la seconde place de ce palmarès avec 9/12 et Budapest (8/12) complète le podium, à égalité avec New York. Viennent ensuite Moscou et Amsterdam (7/12), Berlin et Ljubljiana (6/12), Londres et Varsovie (5/12), Bucarest, Rio et Zurich (4/12), Prague (3/12), Madrid (2/12) et Lisbonne (1/12). Reste à savoir où se situerait Paris dans un tel classement.

Lu sur l'Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !