"Hard out here" de Lily Allen : elle fracasse Miley Cyrus, Rihanna & co | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Lily Allen sort un nouveau single
Lily Allen sort un nouveau single
©REUTERS/Marko Djurica

Tirs à vue

"Hard out here" de Lily Allen : elle fracasse Miley Cyrus, Rihanna & co

Dans sa dernière chanson, la chanteuse britannique de 28 ans s'attaque entre autres aux dégâts causés par la chirurgie esthétique et aux adeptes du twerk.

Lily Allen est de retour. Depuis l'an dernier, la jeune chanteuse annonçait la prochaine sortie d'un nouvel album. Et quoi de mieux pour faire parler de celui-ci que de tirer à boulets rouges sur la concurrence ? C'est en tout cas la stratégie que Lily Allen a choisi d'adopter. En effet dans le clip de sa nouvelle chanson "Hard out Here", elle remet en place les pop stars qui défraient la chronique. Ainsi, Miley Cyrus, Rihanna, Robin Thicke ou encore Kim Kardashian en prennent pour leur grade. Principales causes de son courroux : les méfaits de la chirurgie esthétique, les adeptes du twerk et la surmédiatisation à outrance.

"Je n'ai pas besoin de remuer mes fesses parce que j'ai un cerveau", lâche-t-elle en ouverture de son nouveau single. Mais Lily Allen va encore plus loin : "Si tu ne rentres pas dans un 36, tu n’es pas séduisante. Tu ferais mieux d’être riche ou alors vraiment bonne en cuisine. Il faudrait que tu perdes du poids parce qu'on ne voit plus tes os, tu ferais mieux de te refaire le visage, où tu vas finir seule". Ensuite, dans son clip elle fait passer le message "Lily Allen has a baggy pussy", une référence à peine voilée au clip "Blurred Lines" de Robin Thicke. Son troisième album studio pourrait paraître en mars 2014. Avec une telle chanson, le buzz est déjà assuré.

lu sur BillBoard

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !